Baptiste LAPORTE-FAURET, Ingénieur R&D chez THALES



Bonjour Baptiste,

Merci beaucoup d'avoir accepté l'interview.



Pourriez-vous présenter votre parcours ?

J’ai effectué tout mon enseignement supérieur à Bordeaux ! Après une classe préparatoire scientifiques (PCSI/PC), j’ai intégré l’Ecole Nationale Supérieure d’Electronique, Informatique, Télécommunications, Mathématique et Mécanique de Bordeaux (ENSEIRB-MATMECA) dans la filière Télécommunications. Après cette formation de 3 ans et un master recherche en double diplôme, j’ai rejoint l’entreprise THALES après mon stage de fin d’étude dans le cadre d’une thèse CIFRE (Conventions Industrielles de Formation par la REcherche) en partenariat avec le laboratoire IMS (Intégration Matériaux Systèmes) de l’Université de Bordeaux.

Pourquoi avez-vous décidé d’effectuer une thèse ?

J’ai depuis longtemps été attiré par le monde de la recherche. C’était avant un objectif un peu flou mais qui s’est ensuite concrétisé petit à petit. En école d’ingénieur, j’avais du mal à me projeter dans les différents débouchés possibles. La thèse CIFRE m’a permis d’avoir une vision du monde académique tout en gardant un lien fort avec l’industrie et de me spécialiser dans un domaine technique qui m’intéressait.

Quel poste occupez-vous aujourd’hui et en quoi votre doctorat vous est-il utile ?

Je travaille actuellement en tant qu’ingénieur d’études amonts en traitement du signal chez THALES sur le site de Cholet (49). J’appartiens à un service qui vise à définir les architectures matérielles de radios-communications dans la branche communications et sécurité du groupe.

Le doctorat m’a tout d’abord permis d’acquérir des compétences techniques dans mon domaine : électronique et traitement du signal. Plus généralement, il m’a beaucoup apporté en terme de méthode, autonomie et de rigueur. Cela m’est utile au quotidien où je suis amené à travailler sur des sujets amonts et innovants qui nécessitent de constamment se former et d’échanger avec de nombreux experts.

Quels conseils donneriez-vous à un étudiant qui souhaite se lancer dans une thèse ?

Il est important d’avoir à l’esprit que chaque thèse est unique et donc que les ressentis peuvent être très divers. De manière générale, je pense donc que s’orienter vers une thèse n’est pas un choix à prendre à la légère même s’il ne faut pas s’autocensurer. Le choix du sujet est évidement un élément important : c’est ce qui nous occupe à longueur de journée ! Mais l’environnement humain de l’encadrement est également fondamental. J’ai eu la chance de bénéficier d’un encadrement universitaire et industriel bienveillant et stimulant ce qui est très important au quotidien mais surtout dans les moments un peu plus difficiles de la thèse.

En définitive, la thèse reste pour moi une formidable expérience. Il s’agit d’un travail soutenu pendant 3 ans mais qui passent extrêmement vite !

63 vues0 commentaire