LENOBLE Nicolas, PhD, Product Owner, Hardis

Merci beaucoup d'avoir accepté l'interview.


Pourriez-vous présenter votre parcours étudiant jusqu’à votre doctorat ?

Après une classe préparatoire math-sup math-spé, je continue mes études à l’école d’ingénieur INPGI. Au cours de ce cursus, poursuit en filière d’Ingénierie de la Chaine Logistic, j’ai l’opportunité d’effectuer un double diplôme aux pays bas avec la Technical University of Eindhoven. Cette expérience de deux ans m’a permis, au pays de la logistique, d’approfondir mes connaissances sur la thématique telle que la green logistics.

Revenu en France apres ce double diplôme, un professeur que j’avais à l’INPGI qui était mon directeur de stage me propose une these CIFRE dans une entreprise grenobloise KLS Logistic.


Pouvez-vous présenter vos différents postes occupés après votre thèse ?

Directement après l’obtention de mon doctorat j’ai été embauché chez FM logistic en Innovation. Mes missions étaient la gestion de projet d’exploration ou d’innovation dans un contexte industriel et une émergence de nouvelles technologies (IOT/ RPA) et également de nouvelle startup proposant des améliorations logistiques. Ainsi après évaluation et short List des technologies sur certains sujets de gestion d’entrepôt, nous validions la pertinence et le ROI des solutions innovantes testées via des Proof Of Concept (POC) avant intégration et déploiement.


Pourquoi avoir choisi de réaliser une thèse CIFRE ? En quoi votre doctorat vous a été utile dans les différentes fonctions que vous avez occupées ?

Faire une thèse après mon ingénierat n’était pas vraiment anticipé, mais plus par opportunité et attrait de commencer la vie professionnelle entre l’entreprise et la recherche. Ne voulant continuer en recherche et préférant le privé, ainsi que d’avoir un encrage industriel solide pour l’acquisition des données a rendu la Cifre obligatoire pour moi. Les échanges avec mes enseignants ainsi que les équipes sur le terrain m’ont permis de comprendre l’intérêt d’un docteur en entreprise.

La scission des missions Recherche / entreprise m’a permis de mieux comprendre et anticiper les différents besoins. Egalement les aspects d’acquisition de donnée réelle m’a permis d’aller chez les clients de mon entreprise afin de découvrir et d’auditer des systèmes de préparation de commande atypique, rendant mon travail de recherche plus adapté à une utilisation Opérationnelle.

Enfin pour moi la thèse permet de prendre du recul sur une thématique en ayant une expertise dans un domaine, d’y connaitre la littérature et les méthodologies de résolution adaptées.


Un conseil pour un étudiant qui souhaite réaliser une thèse ?

Ce n’est pas exactement comme ce qu’on pense avant de faire une thèse. L’aspect étude bibliographique peut être rébarbatif au début, mais est indispensable à la suite. L’aspect entreprise/ laboratoire de recherche est stimulant car donne deux différents objectifs (qu’il faut réussir à aligner) et aussi permet d’aborder le sujet sous deux prismes. La thèse est une expérience très valorisante plus d’un point de vu méthodologique et organisationnel que scientifique et technique. En effet, je la comparerais à la classe prépa, qui permet d’avoir une méthode de travail et une organisation, permettant d’avoir un esprit plus critique. De plus faire une thèse sur le domaine mathématique de l’optimisation, m’a fait voir autrement la manipulation des données et la restitution associée, me rendant plus critique et plus expert sur ces domaines

38 vues0 commentaire